Cuisine amoureuse

Cuisine amoureuseJ’aurais pu intituler cet article « le jour où j’ai fait une fellation à une fraise » mais je trouve ce titre un peu trop racoleur et réducteur. Ce qu’il s’est passé cette soirée là à l’atelier-conférence autour de la cuisine amoureuse est plus vaste. Ils étaient deux à nous recevoir dans un espace dédié au bien être au cœur de Paris : la sexothérapeute Nathalie Giraud et le Docteur H, nutritionniste. Quand je suis arrivée, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre : un atelier, une conférence, un cours de cuisine ? Je suis gourmande et je m’intéresse aussi à la sexualité ; je savais donc que cet événement ne pourrait que me plaire. J’ai très vite compris que la cuisine et les aliments étaient ici une histoire de sensualité. Au fil de la soirée, nous avons touché, goûté, écouté, ressenti. Retour sur une soirée gourmande aux notes aphrodisiaques !

L’imaginaire du désir se nourrit de gourmandises visuelles, olfactives, sensorielles.
A les partager, vous ne les rendrez que plus délicieuses…
C’est en compagnie du Dr Thierry Hazout, médecin nutritionniste, passionné de chocolat, que j’animerai à nouveau mon atelier conférence mensuel.
Pour en apprendre de belles sur les aliments aphrodisiaques et les rapports entre sexe nourriture et érotisme, c’est jeudi soir.
Dégustations surprises…

Nathalie Giraud

C’est attirée par ce pitch que je me suis inscrite à cet atelier. Je suis d’abord tombée amoureuse du lieu. Un endroit mystérieux au cœur de Paris. Je monte 4 étages puis traverse un long, très long couloir où les portes s’enchaînent. Il me suffisait de choisir la bonne pour être accueillie par Nathalie, qui souriante, nous propose un thé sensuel « Jules et Julie ». Thé vert, gingembre, poivre, ginseng, le ton est donné !

Avec ma copine, nous prenons place sur un grand canapé blanc. Le docteur H (Thierry Hazout) se présente. Il  nous parle nutrition, chocolat et influence des aliments sur notre corps. Le docteur H. s’est un peu la caution médicale et le côté « conférence » de l’événement. L’homme est épicurien, gourmand et connaît bien son sujet. Au passage, j’apprends que glisser un carré de chocolat noir sous la langue à 17h permet d’éviter les envies de sucre à 22h. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre.

La présentation prend ensuite des allures d’atelier. Nathalie Giraud nous invite à nous connecter à nos sens. D’abord l’odorat autour des épices, puis le toucher avec une fraise. C’est à ce moment que je commence à divaguer.

Sur ce canapé blanc, Nathalie m’invite à toucher le grain de la fraise, à la sentir puis à la glisser dans ma bouche. Ma langue s’attarde sur l’extrémité puis tout autour. Le goût de la fraise empli peu à peu ma bouche alors que mes dents ne font que s’y attarder et la caresser. Un peu gênée, je la suce doucement et regarde autour de moi. Je reconnais, assise à l’autre bout de la pièce la blogueuse Eve de Candaulie. Je me demande alors, si comme moi, la fraise l’émoustille.

Une fois remise de toutes ces émotions autour de la fraise, c’est autour du chocolat puis du gingembre que mes sens s’agitent. Le Docteur H. nous invite une fois chez nous à réaliser un cocktail sans alcool hautement érotique.

Prenez un gingembre frais que vous épluchez puis coupez en tranche avant de verser dessus du jus d’ananas. Mixez, filtrez le tout puis dégustez !

Ensuite, Nathalie nous bande les yeux et la dégustation continue. Des aliments connus prennent de nouvelles saveurs. J’adore !

Ce que je retiens de cette soirée, ce sont les aliments aphrodisiaques (fraises, chocolat, gingembre, épices, etc.) et surtout que la façon de les appréhender fait tout à la chose. En quittant l’atelier ce soir là, je n’ai qu’une hâte : organiser une dégustation de cuisine amoureuse avec mon +1.

Et vous, avez-vous une recette à nous conseiller pour un rendez-vous coquin ?

2 COMMENTAIRES

  1. Ça donne envie, miam!

    Je ne vais pas donner une recette mais juste une chose que j’aime bien. Avant de cuisiner je coupe tous les aliments au couteau: ail, oignon, gingembre, ciboulette, coriandre, etc et les saveurs se répandent sur les doigts ainsi que dans la cuisine.

    On a l’impression de manger en préparant 🙂

    Puis, plus tard, dans la soirée, ces odeurs sont toujours là bien que moins fortes et je trouve cela très agréable.

  2. Merci pour ce témoignage ! Je dois participer à un cours de cuisine aphrodisiaque prochainement justement, c’est donc avec grand intérêt que j’ai lu votre article. J’adore l’idée de déguster des aliments choisis, les yeux bandés.

LAISSER UN COMMENTAIRE